Bernard Petit - CNPF (jpeg - 1448 Ko)

Des forêts pour atténuer le changement climatique

Les forêts sont des acteurs majeurs pour lutter contre le changement climatique et atteindre notamment la neutralité carbone de la France à horizon 2050.

Compenser les émissions anthropiques de CO2

La filière forêt bois française contribue à l’atténuation du changement climatique via différents leviers :

  • La Séquestration de carbone dans la biomasse forestière.
  • La Séquestration de carbone dans les sols forestiers.
  • Le Stockage de carbone dans les produits bois issus de forêts gérées durablement.
  • La Substitution à des matériaux énergivores (aluminium, acier, béton, PVC, ...) dans la construction.
  • La Substitution aux énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz, ...).

La prise en compte intégrée de ces 5 composantes (les 5 « S ») du bilan carbone (en cherchant la synergie, bien que des arbitrages soient parfois nécessaires) est primordiale pour évaluer l’atténuation du changement climatique par la forêt. Des effets biophysiques du couvert forestier (albédo, flux de chaleur liés à l’évapotranspiration) jouent également un rôle sur le climat local que des projets de recherche en cours visent à mieux quantifier.

Les forêts sont par conséquent des acteurs majeurs pour lutter contre le changement climatique et atteindre notamment la neutralité carbone de la France à horizon 2050 (Stratégie Nationale Bas Carbone).

 


Financement de la compensation carbone

Les atouts de la filière forestière en termes d’atténuation du changement climatique permettent de lever des financements pour des opérations forestières vertueuses en termes de bilan carbone.

Le label Bas-Carbone (agréé par le ministère de la Transition écologique et solidaire fin 2018) offre ainsi un cadre permettant aux entreprises ou aux collectivités de compenser volontairement leurs émissions non réductibles de CO2 en forêt française ; ceci constitue une grande avancée : les projets de compensation en forêt disposeront enfin de critères de qualité garantissant leur crédibilité : additionnalité, permanence, suivi et traçabilité.

Les méthodes de boisement, reconstitution de peuplements forestiers dégradés (post-tempête, post-incendie ou post-dépérissement intense) et conversion de taillis bien venants en futaie sur souches sont les premières annexées au label, mais ouvrent la voie à d’autres techniques sylvicoles vertueuses pour le carbone (évitement de coupes rases, enrichissements, sylviculture préventive au risque d’incendie…).

Taillis dépérissant (jpg - 202 Ko)

Taillis dépérissant en Dordogne

Boisement en mélange (jpg - 349 Ko)

Boisement associant un mélange de huit feuillus dans les Cévennes ardéchoises

Balivage d'un taillis (jpg - 254 Ko)

Balivage d’un taillis de châtaignier en vue de le convertir en futaie sur souches en Haute-Vienne


Le Club Carbone-Forêt-Bois

Le Club Carbone-Forêt-Bois est un club de recherche, créé en 2010 à l’initiative de plusieurs acteurs forestiers : I4CE, Forêt Privée Française, ONF, ASFFOR, Société forestière de la Caisse des Dépôts, Sysso, FCBA.

Il a pour objectif de mutualiser les connaissances sur les moyens techniques et économiques pour développer et valoriser le rôle de la filière forêt-bois dans la lutte contre le changement climatique. Il est à l’origine de la création du projet de référentiel national de certification carbone (label Bas-Carbone) et s’adresse à toutes les entités qui s’intéressent au sujet de la forêt et du changement climatique.

Le Club Carbone-Forêt-Bois rassemble aujourd’hui une trentaine d’institutions, des représentants de la filière forêt-bois aux collectivités territoriales, en passant par les entreprises privées (industriels, acteurs de la compensation carbone…) et les administrations publiques.